Actualités

vendredi 8 septembre 2017

La nouvelle législation sur les marchés publics facilite la demande de cautionnement pour les autorités publiques

 

Pour de nombreux contrats que vous établissez avec les autorités publiques, vous constituez un cautionnement par le biais de votre banque conformément à la législation sur les marchés publics. Cette législation a été modifiée en divers points à la date du 30 juin 2017 (voir l’arrêté royal du 22/06/2017 paru au Moniteur belge du 27 juin). Les nouvelles règles s’appliquent à tous les marchés publics placés à partir du 30 juin 2017. L’ancienne législation reste d’application pour les cautionnements en cours et pour les marchés dont la publication ou l’invitation à présenter une offre a eu lieu avant le 30 juin 2017.

 

Une modification importante est inscrite au nouvel article 30, 2e alinéa, de l’arrêté d’exécution relatif aux marchés publics (RGE), au sujet de la demande de cautionnement : « Si l’adjudicateur, après dépassement du délai visé à l’article 44, § 2, deuxième phrase, fait appel au cautionnement, en tout ou en partie, l’organisme auprès duquel le cautionnement a été constitué ne peut exiger d’obtenir préalablement l’accord de l’adjudicataire. L’organisme auprès duquel le cautionnement a été constitué, doit libérer le cautionnement à l’adjudicataire, dès que les conditions suivantes sont réunies :

1° un cautionnement a été effectivement constitué auprès de l’organisme concerné pour le marché concerné ;

2° une demande de libération du cautionnement de l’adjudicateur a été reçue ; et

3° le délai visé à l’article 44, § 2, alinéa 2, deuxième phrase est respecté. »

 

Cela signifie concrètement que le cautionnement sera dorénavant constitué « à la première demande ». Si les trois conditions mentionnées ci-dessus sont réunies, la banque devra effectuer le versement immédiatement, sans pouvoir faire valoir de moyen de défense. Cela étant, l’adjudicateur vous enverra un procès-verbal de mise en demeure par envoi recommandé ou par voie électronique sécurisée, à la suite de quoi vous serez tenu de réparer sans délai vos manquements. Vous pouvez, par envoi recommandé, faire valoir vos moyens de défense dans les quinze jours suivants la date d’envoi du procès-verbal. Votre silence sera considéré comme une reconnaissance des faits constatés. L’entité adjudicatrice adaptera alors éventuellement sa demande. Cependant, si l’adjudicateur demande finalement la libération d’un cautionnement, la banque devra immédiatement honorer cette demande. Le versement ne pourra plus être contesté. Vous gardez toutefois le droit de contester ce montant en justice et de demander le remboursement de l’entièreté ou d’une partie de la somme payée à l’adjudicateur. En d’autres termes, il faudra « payer d’abord, discuter après ».

La banque est tout de même tenue de vérifier si l’autorité adjudicatrice a respecté la procédure de l’article 44, § 2, de l’AR RGE, soit de vous avoir laissé le temps de vous défendre. Attention, dans certains cas, le délai de défense de quinze jours peut être raccourci par l’adjudicateur. Par exemple, lorsque l’adjudicateur a connaissance du fait que l’adjudicataire ou un sous-traitant a manqué de manière importante à son devoir de payer à temps le salaire auquel les travailleurs ont droit.

 

Pour finir, voici une dernière observation. Il est aberrant de voir les autorités disposer, par le biais de ce cautionnement à la première demande, d’une arme puissante contre leurs fournisseurs, alors qu’elles-mêmes ne respectent toujours pas les règles en matière de délai de paiement, et ce, malgré la transposition en droit belge de la directive européenne concernant la lutte contre le retard de paiement dans les transactions commerciales.

Note : Les informations mentionnées ci-dessus sont loin d’être complètes. Nous vous conseillons donc d’analyser l’entièreté de la modification de la législation.

belgian-chambers-petit

Une communication BELGIAN CHAMBERS

 



Partager cette actualité







  • jeudi 25 avril 2019

    La CCIBW en TV : Les conséquences du Brexit sur nos entreprises…

    Dominique Verleye s’est exprimée sur le plateau de TV Com au sujet de l’impact du Brexit sur nos entreprises.

    Lire la suite
  • lundi 22 avril 2019

    Présentation des candidats au Conseil d’Administration – Elections 2019

    Afin que nos membres puissent voter pour un candidat qui les inspirent, nous avons demandé à chacun d’exprimer sa motivation à vouloir intégrer le Conseil d’Administration de la CCIBW. Bonne lecture...

    Lire la suite
  • lundi 15 avril 2019

    Actions des CCI de Wallonie : Nouvelles opportunités internationales

    Le Président de CCI Wallonie tire le bilan positif de ces derniers mois dans ce communiqué comportant quatre bonnes nouvelles tirées de l'activité internationale des CCI de Wallonie.

    Lire la suite
  • vendredi 12 avril 2019

    Québec – Wallonie : Journée de réseautage avec une délégation d’entreprises à la CCI BW

    « Rien de mieux que des poignées de mains ! » telle fut la conclusion de M. Michel Audet, Délégué Général de la Délégation générale du Québec à Bruxelles...

    Lire la suite
  • mercredi 3 avril 2019

    Partenariat CCI Bénin – CCI Wallonie : Une Coopération Nord-Sud exemplaire

    Programme de coopération visant à renforcer les capacités de la CCI Bénin et des entreprises béninoises en termes de contribution au développement du Bénin.

    Lire la suite
  • mardi 5 mars 2019

    FOCUS AUSTRALIA 2019

    Dans le cadre du lancement des négociations en vue de la conclusion d’un accord commercial global entre l’UE et l’AUSTRALIE, les Chambres de Commerce et d’Industrie de Wallonie ont organisé une conférence donnée par l’Ambassade d’Australie auprès de la Belgique, de …

    Lire la suite
  • lundi 25 février 2019

    Commission européenne – Communiqué de presse 18/02/19 : Préparation du Brexit

    Préparation du Brexit: la Commission intensifie ses actions d'information destinées aux entreprises de l'UE dans le domaine des douanes en prévision d'une absence d'accord.

    Lire la suite
  • mardi 19 février 2019

    No-deal Brexit affecte également votre exportation temporaire vers le Royaume-Uni !

    No deal "hard" ou "soft", après avoir quitté l'UE, le Royaume-Uni deviendra un pays tiers et les entreprises pourront utiliser un carnet ATA pour leurs exportations temporaires. Les CCI délivrent ces carnets, renseignez-vous !

    Lire la suite
  • dimanche 17 février 2019

    Cycle de formations : Les marchés publics pour les PME

    Force est de constater que les PME ont des réticences à soumissionner aux marchés publics ou à développer leurs activités économiques au travers de ceux-ci. Cette formation en 3 modules vous apportera une vision globale sur cette législation particulière.

    Lire la suite
  • dimanche 10 février 2019

    ECOPHOS, ambassadrice grande Gazelles Brabant wallon 2019 !

    La soirée des Gazelles du Brabant wallon s'est tenue ce mercredi 6 février dans le prestigieux cadre du Chateau du Lac à Genval. ECOPHOS, membre de la CCIBW y a été consacrée ambassadrice dans la catégorie "grandes entreprises". Félicitations !

    Lire la suite
  • dimanche 10 février 2019

    Algérie : liste des 1095 produits soumis à un droit additionnel provisoire de sauvegarde

    l'Algérie a mis en place un système de droits de douane qui vient remplacer l’interdiction d’importation de certains produits.

    Lire la suite
  • dimanche 3 février 2019

    Brexit update : ce qu’il risque de se passer ?

    Un Brexit dur devient de plus en plus réel. Cela signifie que le Royaume-Uni deviendrait un pays tiers.

    Lire la suite